Face à l’augmentation des troubles musculosquelettiques (TMS), 1ère maladie professionnelle reconnue en France, la pratique d’exercices physiques au travail se développe de plus en plus.

                                

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) rappelle aux employeurs et aux salariés l’importance de la prévention collective et de l’encadrement médical par les services de santé au travail.

A l’origine d’une sinistralité élevée, les TMS représentent 87 % des maladies professionnelles en France, soient plus de 42 500 cas en 2016. Face à ce fléau, des programmes d’échauffements, de renforcement musculaire, d’étirements… sont fréquemment proposés aux entreprises.

Toutefois, ces pratiques posent de nombreuses questions, notamment lorsqu’elles consistent seulement en une approche individuelle de prévention des risques professionnels, sans remise en question de la conception des postes et des modes d’organisation du travail.

                                     

Les expériences de terrain ont surtout été évaluées dans le secteur tertiaire ou les taches physiques réalisées sont légères.

Il ressort de cette analyse un manque de preuves sur l’efficacité de ces mesures pour prévenir les TMS, excepté pour des personnes souffrant de douleurs dans la région du cou et des épaules et qui ont un travail de bureau sédentaire ainsi que pour celles souffrant de lombalgies dans certaines conditions.

                                            

Des effets bénéfiques sont toutefois à noter sur le physique et le mental et le renforcement du collectif.

Il est donc essentiel de rappeler l’importance de la prévention collective et de l’encadrement médical par les services de santé au travail.

Analyser les situations de travail pour les améliorer, réfléchir aux raisons qui motiveraient la mise en place de ce type de programmes, en partager les objectifs et les modalités de mise en œuvre avec l’ensemble des acteurs de l’entreprise (direction, représentants du personnel, préventeurs, service de santé au travail…) sont des prérequis incontournables.

 

 

Share This